Rompre l’isolement

 

Élodie, monitrice éducatrice au sein de la maison relais « Eau Vive » du Centre Henri Vincent évoque les initiatives pour rompre l’isolement des personnes accueillies.

Je travaille à la maison relais depuis 2019. J’ai fait connaissance avec les personnes accueillies qui font face une vulnérabilité financière mais aussi sociale. En effet, la majorité d’entre elles n’a plus de famille ou plus de contact, elles ont vécu des évènements traumatisants qui les ont conduits à être orientés vers la maison relais. La maison relais est un lieu qui leur permet de retrouver des liens sociaux, une vie en collectivité. La mise en place d’activités quotidiennes est nécessaire pour rompre la solitude.

 

A Braine, j’ai proposé la mise en place de petits déjeuners chaque mardi matin, ainsi qu’une activité sportive avec d’autres structures chaque jeudi après-midi, mais aussi des activités manuelles, en lien avec le calendrier et se tenant à l’extérieur (Marché de noël avec la ville de Braine et le foyer rural, Pâques avec les enfants des 14 maisons, vente de tartes aux pommes sur le marché…).

Malgré la récurrence des activités, il y est toujours nécessaire d’aller solliciter les résidents pour qu’ils participent aux sorties et activités, parce qu’ils ont l’habitude de rester chez eux. Leur vulnérabilité joue aussi sur leur confiance en eux et leur rapport aux autres.

Les voir être plus à l’aise lors des rencontres avec les autres habitants de Braine, avoir des idées d’échange à mettre en place, parler même de grande famille, tout cela donne envie de continuer !

La « maison relais » fonctionne comme un lieu de transition permettant à ceux qui cherchent à se rétablir et à se réinsérer de retrouver un logement en milieu ordinaire. Parallèlement, elle est aussi une « pension de famille » pour ceux qui ont besoin d’un environnement collectif où il fait bon vivre.

Michel, résident en pension de famille depuis septembre 2014.

Qu’est ce qui vous a conduit à la Maison Eau Vive ?

Je m’occupais seul de ma mère malade, mon frère étant alcoolique. Puis elle est décédée alors j’ai sombré à mon tour. Je n’avais ni eau, ni électricité… Un jour une dame des services sociaux est venue chez moi alors que j’étais agonisant au sol et elle a donné l’alerte. Après un séjour à l’hôpital, j’ai été accueilli en maison relais.

Que vous apporte la Maison Eau Vive ?

L’entraide, le fait d’être dehors à m’occuper du jardin, les balades avec les camarades. Tout cela a cassé ma solitude. Le fait de participer à la vie de la maison relais me fait du bien. Se regrouper pour manger ensemble et discuter est agréable. J’ai tendance à aller vers l’autre, ça me fait du bien de m’occuper des autres.

 

Découvrez également le témoignage de Boris, résident depuis 2021, ainsi que de Joffrey, moniteur éducateur en cours de formation.

Galerie d'images